Matériel secourisme

Materiel secourisme

L’avènement d’un accident ou d’un malaise est le plus souvent imprévu à moins qu’aucune prévention n’ait été faite ou qu’ils aient été cherchés et voulu. La protection est le premier maillon de la chaîne de secourisme qui se définit en quelques mots par des actes de prompts secours, effectués par des personnes qui ont été formées et qui possèdent les connaissances nécessaires. Cependant, en attendant l’arrivée de ses spécialistes et face à l’état critique des victimes, les témoins se doivent d’intervenir. C’est là tout l’intérêt de prendre des formations qui s’avèrent très utiles lorsque ces tragédies apparaissent. Le sort de la personne dépend alors des interventions faites. Plus elles sont faites avec professionnalisme et dans les plus brefs délais, plus les chances de s’en sortir de la victime augmentent. Si au contraire, les premiers soins tardent et sont faits de travers, ses chances de survie s’amenuisent. Les quelques minutes, surtout les 5 minutes qui suivent l’accident ou le malaise sont cruciales et nécessitent une prise en charge des circonstances. Le secourisme peut se faire avec ou sans matériel mais il faut se rendre à l’évidence, se doter d’un matériel secourisme est indispensable face à ce genre de situation car il aide définitivement à stabiliser l’état de la personne en détresse. De quoi donc est composé le matériel secourisme?

 

L’essentiel du matériel de secours

Il ne faut pas confondre matériel médical et matériel de secours. Ce dernier permet essentiellement à stabiliser et maintenir la vie de la victime en attendant sa prise en charge par un médecin spécialiste dans un centre médical comme un hôpital. En fait, ce sont les instruments utilisés lors des formations PSE1 et PSE2 qui rappelons-le ne nécessitent pas d’avoir une formation en tant que médecin.

Pour qu’il soit complet et que rien ne manque lors de la déterminante intervention, il faut que le secouriste professionnel ait à portée de main :

–          une radio portative ou mobile ou un téléphone portable. En arrivant sur les lieux de l’accident ou du malaise, les urgentistes vont faire une première constatation vitale et lésionnelle qui fait penser à un diagnostic et, vont intervenir en conséquence. Puis, suite aux premiers soins, ils vont établir un second bilan qu’ils ont le devoir de communiquer au médecin régulateur. Cette transmission d’informations est apprise lors du programme du PSE2 vu qu’une certaine procédure doit être respectée. La radio est un moyen très sûr pour le faire et présente un certain avantage par rapport au téléphone portable : chaque service de secours ayant une fréquence spécifique pour donner leur bilan de la situation au médecin régulateur. Le téléphone portable reste cependant une option convenable pour transmettre les données au médecin bien que la réception et la qualité des échanges dépendent du lieu où l’intervention a lieu ; Hors réseau, il devient impossible de communiquer.

–          Un sac d’intervention ou une trousse de secours de premiers soins : ce contenant doit être choisi pour fournir de manière ergonomique les instruments et les outils qui vont servir à l’intervention. Le but étant de sortir les bons instruments le plus rapidement possible et donc de les avoir à portée de main : des compartiments s’avèrent être très utiles pour retrouver promptement le nécessaire. Il doit également être solide et avoir des propriétés anti-chocs car dans les situations d’urgences il se peut qu’il soit malmené. Le contenu de ce matériel secourisme dépendra du sauveteur mais il est fondamental et vital qu’il ne soit pas encombrant. Néanmoins, les médicaments sont interdits car les secouristes ne sont pas en mesure de connaître les réactions (effets secondaires) qui peuvent s’ensuivre et qui dépendent de tout-un-chacun.

–          Une bouteille d’oxygène : l’oxygène a la particularité d’être un médicament qui peut être utilisé sans l’accord d’un médecin car il ne peut provoquer de mauvaises réactions. Dès que la victime est dans une détresse vitale (inconscience, hémorragie, arrêt cardio-respiratoire, etc.) l’oxygène peut être administrée.

–          Une couverture de survie pour lutter contre les hypothermies.

–          Un cardio-pompe : pour effectuer le massage cardiaque. En appuyant sur le cœur, elle active la circulation sanguine et lorsqu’elle est ôtée, le cœur envoie un appel de liquide. Elle fait penser à une ventouse.

–          Un défibrillateur qui est soit un défibrillateur semi-automatique (DSA) ou un défibrillateur entièrement automatique (DEA) qu’ils utilisent lorsque la victime est inconsciente, qu’importe qu’elle présente un arrêt cardio-respiratoire ou pas. Ils analysent automatiquement l’état de la personne à l’aide d’un électrocardiogramme et délivrent les chocs si ces derniers s’avèrent nécessaires. Une voix va guider les étapes à suivre au cours de l’intervention.

–          Un tensiomètre automatisé pour prendre la pression sanguine

–          Un aspirateur de mucosité : cet appareil va permettre de désobstruer les voies respiratoires de la victime en aspirant tous les liquides qui rendaient la respiration laborieuse.

–          Un collier cervical ou une minerve qui sont utilisés lorsque la victime présente la possibilité d’être touchée à la colonne vertébrale. Il va immobiliser la tête et le cou pour éviter une aggravation de l’état de la personne.

–          Un brancard : pour transporter le patient dans la meilleure position pour ce genre de situation c’est-à-dire allongée.

–          Un coussin hémostatique d’urgence ou CHU extrêmement efficace lors d’une hémorragie externe. Ce coussin de mousse va comprimer et aseptiser la plaie. Il fait penser à un certain garrot sans, pour autant, être aussi dangereux.

–          Une chaise à roulette pliable : pour transporter le patient dans une position assise et lui éviter de marcher sans l’allonger.

–          Une lampe de poche : pour établir un diagnostic en envoyant de la lumière dans les pupilles du malade. Le diagnostic dépend de la réaction qui s’en suit.

–          Un matelas coquille ou un matelas à dépression : pour immobiliser la victime en état de choc et la mettre dans une position confortable. Le matelas va se solidifie lorsqu’il est activé et va prendre les formes du corps de la personne. Lors d’une évacuation ou d’un transport, ce matelas est efficace.

 

Constitution du matériel secourisme

Le matériel secourisme peut être acheté en magasins spécialisés ou sur Internet. Certains de ces instruments sont également disponibles en pharmacie. Cette liste n’est pas exhaustive car chaque secouriste a la possibilité de se doter du matériel secourisme qu’il juge nécessaire.

Laisser un commentaire