Matériel premiers secours

Matériel premiers secours

Les accidents, les maladies et autres malaises ne sont jamais voulus et perturbent tout un programme et l’accomplissement de plusieurs choses. Quand ils surviennent, les activités en cours cessent pour se soigner ou pour apporter les soins nécessaires à la personne. Une négligence face à ces cas peut entraîner des conséquences dangereuses pour la victime voire la mort. Pour faire face à ces évènements et prodiguer les soins d’urgence, tout lieu qui accueille des travailleurs, des étudiants et autres entités doit être équipé de matériel premiers secours qui vont aider le secouriste dans sa tâche. Un équipement complet et adéquat va donc permettre de fournir de bons soins et va, en partie, déterminer le rétablissement ou les séquelles qui risquent de s’ensuivre.

Pour que les premiers secours soient dispensés dans les meilleurs délais et augmentent les chances de survie ou de guérison de la personne, le matériel en question doit être à portée de main et regroupé dans un contenant accessible et visible afin que tous les membres de l’équipe puisse s’en servir au moment voulu.

Il faut savoir que les premiers secours sont l’ensemble des techniques non médicales qui vont aider le malade ou le blessé à se stabiliser ou à le maintenir en vie en attendant l’arrivée des secours d’urgences comme le SAMU ou les sapeurs-pompiers qui doivent avoir été alerté après que les dangers aient été écartés au maximum pour éviter les suraccidents.

En effet, dans l’attente des entités spécialisées, des interventions de sauvetage et de secourisme vont devoir être menées par les témoins de la scène ainsi que par les personnes qui ont reçu les formations adéquates. Il s’agit d’une vie humaine donc, rien n’est à négliger. Des législations et règlementations ont d’ailleurs été mises en place pour que certaines organisations se dotent obligatoirement de ce matériel de premiers secours.

 

Matériel premiers secours et Code du Travail

Selon l’article R4224-14 du Code du Travail, les lieux de travail sont équipés d’un matériel de premiers secours adapté à la nature des risques encourus, en fonction des activités qui s’y exercent et facilement accessible.

Ceci est une mesure de prévention mais cela est indispensable pour rassurer les employés et garantir leur sécurité. C’est toujours dans les cas d’urgences que l’on se félicite d’avoir à disposition cet équipement de secourisme qui est salvateur.

Selon l’article R4224-15, il est attribué à un ou plusieurs membres du personnel de recevoir une formation de secouriste qui va le qualifier pour octroyer les premiers secours dans les cas d’urgences. Ce membre du personnel ne se substituera pas à l’infirmier ou aux urgentistes cependant, les gestes exécutés et les instruments qu’il utilisera au niveau du malade ou du blessé seront, de toute évidence, salutaires. Cependant, la législation limite les actes qu’il peut pratiquer : ils ne doivent pas être d’un ordre médical selon des articles en rapport avec les professions de santé. Néanmoins, si le cas auquel il est en présence est sérieux et urgent, des exceptions peuvent être faites à ce sujet.

 

Le matériel premiers secours et les établissements scolaires

A l’instar de l’entreprise, les écoles doivent également permettre à tous ceux qui y sont inscrits en tant que personnel (éducatif ou administratif) et surtout aux élèves, de recevoir les soins adéquats à leurs maladies, plaies, traumatismes, malaises, etc. Normalement, les équipements doivent être disponibles auprès d’une infirmerie.

 

Les composants du matériel premiers secours

Les entreprises et les écoles sont soumises à rendre accessible et à mettre à disposition cet attirail de secourisme mais les simples citoyens ont également le droit de s’en doter.

De manière générale, l’équipement de secours doit être regroupé au sein d’une armoire à pharmacie ou d’une boîte de secours comme la trousse d’urgences. Cet objet doit donc être pratique et ergonomique afin que les instruments, accessoires ou médicaments (s’il est à usage personnel et non commun) qui s’y trouvent puissent être sortis rapidement. Il ne faut pas oublier le contexte de la situation : l’urgence.

Tout doit être choisi selon leur fiabilité et leur qualité pour qu’il reste efficace et utile à tout moment. Il se choisit surtout en tenant compte des éventuels risques et des dangers que les personnes encours sur les lieux. Voici donc une liste non exhaustive :

–          Des accessoires pour pansement : bandes de gaze, compresses stériles, sparadrap, épingles de sûreté inoxydables, ouate hydrophile comprimée, des solutions ou crèmes antiseptiques, pansements stériles ou antiseptiques.

–          Des coussins hémostatiques d’urgence qui est un pansement individuel à usage unique composé de tampon de mousse, de compresse stérile et d’une bande élastique qui va retenir le tout. Il est préférable au garrot et a l’avantage d’arrêter une hémorragie externe.

–          Coussin thermique réutilisable : Poche de froid ou poche de chaleur instantané qui soulagera les douleurs par cette sensation de cryothérapie et de thermothérapie. Le froid à la particularité de résorber les hématomes et d’inhiber les récepteurs sensitifs. En cas d’entorses, de claquages, de déchirures ou de contractures musculaires, il est conseillé. Par contre le chaud est recommandé pour remédier aux raideurs musculaires.

–          Pince à échardes : nécessaire pour extraire tous corps étrangers qui s’est ingéré sous la peau et qui pourrait être gênante et entraîner des infections à long termes.

–          Défibrillateur : pour les cas où la victime serait dans un état d’inconscience. Devant une telle condition, il faut prendre en compte le fait qu’elle est peut-être en arrêt cardio-respiratoire. L’appareil va faire le diagnostic grâce à un électrocardiogramme et délivrera les électrochocs nécessaires pour stabiliser le rythme cardiaque.

–          Matelas immobilisateur à dépression : qui va entièrement immobiliser la victime et notamment sa colonne vertébrale dans le cas où cette dernière semble être touché à la suite de l’accident. Ne pas immobiliser une colonne vertébrale fracturée pourrait entraîner une paralysie définitive ou pire, la mort.

–          La couverture isothermique ou de survie pour les cas d’hypothermie

–          La couverture anti-feu pour se protéger des flammes lors d’un début d’incendie

–          Masque à oxygène, insufflateur, car donner de l’oxygène au patient peut s’avérer être un remède à son mal.

En outre, le bon fonctionnement de ces appareils, l’évaluation de la qualité de ces instruments, le fait qu’il reste complet ainsi que leur bonne conservation sont exigés pour ne pas être pris au dépourvu devant une circonstance désastreuse.

Laisser un commentaire