Le défibrillateur en France : quelques chiffres clés.

En France: Toujours trop de mort d’un infarctus.

En France, Les arrêts cardiaques sont responsables de 40 000 à 60 000 morts chaque année, soit environ plus de 200 morts par jour. Il est probable que 75 % de ces décès surviennent lors d’un infarctus aigu du myocarde.

Le taux de survie après un arrêt cardiaque est donc estimé à seulement 2 ou 4 % alors qu’aux États-Unis et les anglo-saxons où le défibrillateur est depuis plusieurs années à la disposition  du public le taux de survie est de 20 à 50 % . Il faut savoir qu’une minute perdue c’est 10% de chance de survie en moins

Appeler le Samu ou les pompiers immédiatement, des gestes simples de réanimation et la mise en œuvre d’un défibrillateur le plus rapidement possible  peuvent permettre de multiplier ce taux par dix, pour le faire passer à environ 35% de chances de survie.

Sachant que le délai d’intervention des équipes d’urgence est en moyenne de 7 à 8 minutes et que  normalement la mise en œuvre d’un défibrillateur devrait être réalisée dans les 5 premières minutes suivant l’accident, on comprend vite l’importance d’une formation aux geste élémentaires de premiers secours et/ou l’utilisation rapide d’un défibrillateur en cas de trouble du rythme cardiaque (appelé fibrillation).
Bien entendu, l’appel des secours reste une priorité dés que l’on constate un arrêt respiratoire.
Pour rappel : appeler le 15, le 18 ou le 112

Laisser un commentaire