Au travail

Dans le milieu du travail, l’amélioration de la prise en charge de la « mort subite » peut se faire en jouant sur les trois premiers maillons de la chaîne de survie.

L’objectif est bien la défibrillation précoce des fibrillations ventriculaires et des tachycardies ventriculaires par le défibrillateur (3e maillon).
Il faut donc :

  1. Faire venir le défibrillateur auprès des malades ( défibrillateur semi-automatique ou défibrillateur entièrement automatique )
  2. Défibriller le plus rapidement possible.

Faire venir le défibrillateur auprès de la victime.

La formation au secourisme de base (Prévention des secours Civiques niveau 1 ( PSC1 ) ou formation de Sauveteur Secouriste du Travail ( SST ) permet la réalisation de gestes de réanimation cardio-pulmonaire de base adaptés et une alerte précoce.

Le secouriste pratique les gestes de réanimation cardio pulmonaire qui permettent l’entretien d’une circulation coronaire et cérébrale minimum et probablement aussi la persistance de la fibrillation ventriculaire.

L’alerte précoce permet l’arrivée rapide de l’équipe de premiers secours munie du défibrillateur, de l’oxygène et du nécessaire de ventilation manuelle. Cette équipe peut appartenir à l’entreprise ou aux services de secours publics (pompiers).

L’alerte précoce doit de toute façon être relayée vers le SAMU (15) afin que les secours médicaux (4e maillon) puissent être engagés rapidement.

Lorsque le défibrillateur est auprès du malade.


Sa mise en œuvre rapide !

Ceci nécessite une équipe de deux à trois personnes dont un des membres au minimum est formé au maniement du défibrillateur et au secourisme avec matériel (Premiers Secours en Equipe – PSE1 et PSE2)

2 commentaires sur “Au travail
  1. Eric dit :

    pas mal ce post bien pour éclairer sur le défibrillateur

1 Pings/Trackback pour "Au travail"

Laisser un commentaire