La Croix Rouge : exercice pour 80 volontaires secouristes en situation d’urgence à Vanne.

Depuis samedi à Vannes, la Croix-Rouge forme 80 volontaires de la France entière à gérer des situation d’urgence comme des catastrophes naturelles, inondations, incendies..

Alerte donnée… Un bus vient d’avoir un accident sur une voie express. Les blessés sont pris en charge par les pompiers et les bénévoles de la Croix-Rouge entrent en action pour s’occuper des autres personne accidentées. Ils installent rapidement un centre d’accueil et assurent un soutien psychologique de première urgence autour d’un café. Cet exercice est une simulation faite par la Croix rouge samedi dernier.

Pendant une semaine, le lycée Saint-François-Xavier de Vannes accueille des sessions de formation, dont celle de secouristes en situation d’exception. Il s’agit d’apprendre à gérer l’urgence. Comme par exemple la tempête Xynthia, il faut abriter les populations sinistrées dans un gymnase: «Un centre d’hébergement d’urgence coûte 30.000€, pèse 750kg et tient dans une remorque» précise Arnaud Tessier, directeur départemental de l’urgence et du secourisme du Morbihan. Mais ce n’est malheureusement pas du matériel qui est fait pour rester dans une remorque!


Le Morbihan bien loti

Un centre est prévu pour 50 personnes. Il contient douze tentes pour recréer de petites unités familiales, des lits pliables et duvets, des kits d’hygiène… «On a la chance, dans le Morbihan, de ne pas être trop touché par les catastrophes», poursuit Arnaud Tessier. Avec deux centres prêts à l’emploi, c’est tout de même le département breton le mieux loti puisque les autres n’en ont qu’un. La Loire-Atlantique, elle, en a quatre. Les dernières interventions d’urgence de la Croix-Rouge à travers le Morbihan ont concerné des alertes à la bombe, à Lorient, l’incendie de la maison de retraite de l’Ile-aux-Moines, en mars2008, et les intempéries à Gâvres, le même mois. Dans tous ces cas, il n’a pas été nécessaire d’héberger en urgence, mais simplement de monter un centre d’accueil des impliqués. Les secouristes ont aussi été placés en préalerte cet hiver, lors de l’épisode neigeux, mais le plan d’urgence n’a finalement pas été déclenché.
.

Laisser un commentaire